Sommaire

DevOps, intégration continue; déploiement continue et containers, autant de nouvelles armes destinées à redonner de l’autonomie aux développeurs tout en apportant qualité, rapidité et adaptabilité aux projets informatiques. Dans leur bataille pour livrer de nouvelles fonctionnalités, les soldats du développement tardent à voir ces belles promesses se réaliser. Au front, enlisés dans du « legacy code », ils évoluent tous les jours dans un véritable champ de mine : temps de compilation interminable, peu ou de mauvais tests, logique d’affaire emprisonnée dans la base de données et couplage avec l’infrastructure. Ils perdront de nombreux camarades partis travaillés sur de « nouveaux projets ». Sournoise, la dette technique est bien là, à l’affût. Elle gangrène l’effort de guerre au grand désarrois des développeurs qui peinent à tirer profit de ces avancés et des gestionnaires qui constatent un vrai déphasage entre les promesses du DevOps et les résultats obtenus. Repartir à zéro, une refonte! L’idée est séduisante et dangereuse. Peu d’entreprises peuvent se permettre de réécrire leur base de code tout en continuant à se battre contre la concurrence. Comment s’attaquer au problème à la racine? Dans tout ce que procure le DevOps, que peut-on utiliser sur un projet existant avec une base de code ancienne? Comment peut-il vous aider à redresser la situation et à rembourser la première échéance de votre dette technique?

 

Sondage d’appréciation : https://forms.gle/8nGsC5pba8VR2bVV7

Partage cette page

Qu'en pensez-vous?